mardi 6 juin 2017

jeudi 26 janvier 2017

Une approche de préparation d'image pour graver un bois au laser

Voici une démonstration intéressante qui pourrait aider ceux qui veulent préparer une image pour la graver avec un graveur découpeur au laser, par exemple l'Epilog 24 de l'Atelier de l'île.

Toutes les informations ne sont pas pertinentes puisque dans la démo, l'image n'est pas préparée pour créer une matrice pour l'impression en relief, de style rouleau encreur en surface où les creux sont épargnés (blanc).

Mais quand même, si on fait abstraction de l'image elle-même;o) et qu'on porte attention surtout aux outils utilisés dans Photoshop, c'est instructif. Ensuite,  chacun sa méthode.

Asta la vista Baby !;o)

mardi 3 janvier 2017

D'autres expérimentations au GRAVLab

À la fin de l'année 2016 nous avons grand ouvert les portes de notre GRAVLab dans le but d'offrir l'opportunité au plus grand nombre possible de nos membres d'expérimenter avec notre graveur/découpeur laser Epilog. Diverses approches ont été mises de l'avant, toutes orientées vers l'usage des nouvelles technologies numériques appliquées à la création en arts visuels et en particulier à l'estampe contemporaine.

Les oeuvres produites sont exposées dans l'ESPACE Atelier de l'île et stimulent une réflexion sur les différentes possibilités offertes par le processus de morsure par technologie laser.
Voici quelques exemples:

Ci-dessus une image de Claudette Domingue, gravée dans le papier.


Un bois gravé d'Hélène Brunet-Neumann imprimé en noir sur un papier fin de type washi.


Une image multiple imprimée en "chine collé" à partir d'une matrice de linoléum gravée au laser.



Une image de Marcel Achard, gravée au laser sur peuplier russe, imprimée en blanc sur papier Stonehenge noir.


Impression de Michèle Campeau, imprimée à partir d'une matrice de bois gravée au laser.

Impressions de Michèle Campeau, imprimée à partir de deux matrices de bois gravée au laser, un positif, un négatif, combinés pour obtenir la troisième image.

 Ci-dessus, une estampe d'Olga Inés Magnano dans laquelle le laser a soustrait une partir de l'encre en surface.


Une estampe de la série "Fisherman's bend" de Paul Ballard.


Fin décembre 2016 - Dessins Quantiques de Richard Purdy - 2017 déjà en développement !



Voici une courte vidéo enregistrée par Richard Purdy qui documente une partie de son processus créatif pour la série Soft Bitch de ses Quantum Drawings, une démarche entreprise en Australie au début de l'année 2016 et menée à bien en tirant avantage de nos nouveaux équipements:

video


Dans la vidéo, on voit bien comment Richard Purdy a exploité plusieurs capacités de l'Epilog Zing 24 de 40 watts pour arriver à une série consistante et originale provoquant à la fois la réflexion et un choc esthétique en harmonie avec sa démarche artistique.
Après plusieurs tests sur différents types de papiers il a créé la série finale sur papier Arches, Moulin du Gué, ce papier blanc est composé de longues fibres (85%) de coton et de lin (15%).
Ce choix n'a pas été fait au hasard, mais bien parce qu'après plusieurs autres tests, sur d'autres types de papier Arches, sur Fabriano, St-Armand, on a pu constater une différence de teinte résultant de la brûlure du laser et un choix délibéré s'est imposé au goût de l'artiste.
En effet, cette teinte de brûlure pouvait varier d'un ton tirant de l'ochre à l'ivoire selon les paramètres utilisés, soit la puissance du laser (en %) multipliée par la vitesse de déplacement du laser (en % aussi) interprétant les différentes tonalités de l'image originale.
De fins ajustements ont été utilisés pour favoriser l'obtention d'un maximum d'effet 3D tout en respectant la limite de résistance au perçage du papier.
L'artiste a modulé ces différents paramètres pour obtenir des transparences en filigranes, des bas-reliefs à même l'épaisseur du papier, et des teintes rappelant des images fossiles, des traces stratifiées ou des vagues et artefacts dans un sable très fin.


mardi 27 décembre 2016

Suite des expérimentations

Une pièce dont la ventilation a été spécialement adaptée et l'espace repeint et mis à niveau est maintenant dégagée pour l'utilisation des nouveaux équipements.
Grâce au financement et à la collaboration du Conseil des arts et des lettres, de la MRC des Laurentides et de la  municipalité de Val-David l'Atelier de l'île de Val-David est dorénavant doté d'équipements numériques qui lui permettent de se démarquer et de déployer des services novateurs qui renouvèlent et complètent les disciplines traditionnelles de l'estampe contemporaine et des arts visuels actuels.

Après plusieurs mise à niveau et séances d'information avec les artistes techniciens et les membres nous avons établi un processus de création simplifié qui élargit le spectre des possibilités créative appliqué à l'estampe et à la création de livres d'artiste.
L'expertise qui a été développée saura certainement intéresser les artistes qui seront accueillis en résidence à l'Atelier de l'île dès le début de 2017.


Plusieurs rencontres ont été organisées pour présenter les premiers résultats aux membres et aux artistes de Val-David. Chacun a pu évaluer la pertinence du procédé par rapport à sa propre démarche créative. Tous se sont montrés intéressés à utiliser ce nouvel équipement et impressionnés par sa précision et sa flexibilité.


Paul Ballard, artiste chevronné et technicien à l'appui des membres et artistes de l'Atelier a rapidement mis à profit le nouvel équipement. Il a développé de nouvelles approches sur cuivre, sur papier matière, sur feuilles d'acrylique, et utilisé les matrices ainsi produites pour des résultats imprimées en intaglio, sous presse et au baren.



On voit ci-dessus et ci-dessous d'autres résultats gravés au laser sur linoléum, sur peuplier russe, sur zinc et des tests d'évaluation de la morsure du laser sur papier à partir d'images en tons de gris.


Voici quelques d'autres exemples de modifications réalisées par le laser sur des estampes préalablement imprimées ou sur papier et autres matériaux.

jeudi 1 décembre 2016

Nouvelles approches pour la création de matrices

Le 18 juin lors de son assemblée annuelle, l'Atelier de l'île a ajouté le GRAVLab à son mandat initial, sa mission est de favoriser la recherche et l'innovation en estampe et en arts d'impression. Par la création de ce GRAVLab, l'Atelier améliore et diversifie son offre de services aux artistes en arts visuels actuels et favorise des approches numériques novatrices tout en maintenant son expertise des approches traditionnelles en gravure. Voici notre nouvelle acquisition: une machine à graver et découper au laser Epilog de 40W qui complète bien la gamme d'outils numériques déjà disponibles dans notre centre d'artistes autogéré. Depuis de nombreuses approches innovantes et très inspirantes ont été développées.Le découpeur/graveur laser Epilog Zing 40W a été mis en production et s'est avéré très efficace pour graver l'acrylique, le bois, le caoutchouc, le vernis sur des plaques de zinc, de cuivre.L'Epilog offre aussi des résultats fantastiques pour l'intervention sur papier en tirant avantage de la grande précision du trait de la découpe et permet d'intervenir en 3D, en filigrane, en soustrayant l'encre en surface sur des sérigraphies ou autres oeuvres déjà imprimées.





Nous poursuivons nos expérimentations et obtenons des résultats inaccessibles par d'autres approches.

En voici quelques uns:




Les premiers tests de gravure sur bois avec une trame à points réalisés par Jessica Thibault
Premiers tests de séparation de couleurs (CMJN) trame gravée sur bois avec l'Epilog Zing 24 de 40 watts, image Jessica Thibault:










L'Epilog peut aussi graver ou découper l'acrylique; ici découpe d'une plaque.
L'Epilog reconnaît les traits mince (.001) produits dans un logiciel vectoriel et brûle le matériau très précisément. Image Marcel Achard



À l'Atelier de l'île dans l'enthousiasme du moment, on se permet de petites folies: logo de l'Atelier de l'île gravé dans un biscuit à la mélasse et dans des toasts Melba;o)


Le GRAVLab de l'Atelier de l'île est la suite logique de nombreuses années d'expérimentation et de créations faites à partir de fichiers numériques: ici un intaglio fait sur un acétate avec la découpeuse numérique Silhouette en utilisation depuis plusieurs années à l'Atelier:


Sur cette estampe de Carole Bondaroff, la découpeuse Silhouette a gravé le fichier numérique grâce à une lame très fine qui se déplace en x et en y selon le fichier vectoriel qui lui est envoyé. L'artiste a ensuite encré en creux, essuyé les surfaces et ajouté des morceaux de papier en "chine collé".




mardi 9 février 2016

Aussi l'impression 3D...

À l'Atelier de l'île nous recherchons toute les manières de renouveler les manières de créer des estampes.
Le laser offre certainement de nouvelles voies de création et nous poursuivrons nos recherches avec les graveuses/découpeuses laser.
Une autre approche prometteuse passe par l'utilisation de l'impression 3D, en premier lieu pour créer de nouvelles matrices.
Mais de nouvelles approches sont aussi disponibles.
En ce domaine la companie Mcor Technologies se démarque :

http://youtu.be/SjfXe5tOjgQ

Leur nouvelle imprimante imprime en couleur à partir de rouleau de papier.